Tout commence lorsque Wolfgang Schmidt de Buggingen (Müllheim RFA) range la maison paternelle, il trouve une lettre adressée " an Familie Fritz Schmidt Metzgerei Buggingen i. Baden" et datée du 25 janvier 1945 !

Ce courrier est écrit par " Grefr. August Nussbaum 1 Genes. Komp. G.E. Btl 94 Köslin i. Pom. "

Wolfgang Schmidt est le fils de Fritz Schmidt, aujourd'hui âgé de 83 ans il se souvient encore bien des "Nussbaum" de Bourbach-le-Haut. Son père tenait une boucherie (comme on peut le voir sur l'enveloppe) et employait comme Lehrbursch, apprenti boucher Charles le frère de Auguste, auteur de la lettre.

A partir de ce moment là, l'objectif de Wolfgang est de remettre cette lettre à "qui de droit" dans la descendance d'Auguste. 

9La lettre du 25.01.1945 et l'enveloppe (recto-verso).

Charles Nussbaum (1911-1945) et Auguste (1912-1967) sont les enfants de Léon Nussbaum (1878-1921) et de Virginie née Lotz (1883-1957). Ils ont 3 frères ainés, Eugène Robert (1907-1983), Ferdinand (1909-1909), Léon Louis (1910-2000) et une soeur cadette Léonie (1914-1998).

DSCN1108Wolfgang Schmidt et son épouse.

Wolgang Schmidt et son épouse consultent les " Patrimoine-Doller n°19 et 20 " édités par la Société d'Histoire de la Vallée de Masevaux qui recensent les Incorporés de force des villages de la vallée de la Doller.

DSCN1109Wolfgang Schmidt et Lucien Nussbaum  qui commente l'arbre généalogique de la famille Nussbaum.

Il y a quelques années, Wolgang était passé à Bourbach-le-Haut, il a visité le cimetière et parmi les nombreuses tombes de Nussbaum, il a trouvé une plaque en mémoire de Charles Nussbaum. Mais pour retrouver le descendant le plus direct d'Auguste il contacte la mairie de Bourbach-le-Haut qui tout naturellement le dirige vers le généalogiste Lucien Nussbaum de Mollau, spécialiste des familles originaires du village et plus particulièrement des Nussbaum. Ceui-ci n'a pas de peine à rapprocher Wolgang et Michel Nussbaum de Vieux-Thann fils unique de Léonie (soeur d'Auguste).

DSCN1115Michel Nussbaum et Wolgang qui tient la lettre d'Auguste.

DSCN1118Moment d'émotion, Michel a emporté son album de famille et Wolfgang retrouve des photos prises près de la boucherie familiale, il reconnait la cour, les membres de la famille et même... leur chien !

DSCN1123Michel Nussbaum, ancien restaurateur et encore aujourd'hui grand amateur de courses à pied, ne s'est jamais particulièrement intéressé (selon ses dires) à l'histoire de la famille prend des notes. Cette rencontre du 17 septembre dernier va certainement marquer un bouleversement dans sa mémoire généalogique.

Comme pour d'autres familles, de Léon Nussbaum à Michel, les deux conflits mondiaux: la Première Guerre mondiale 1914-1918 et la seconde guerre de 1939 à 1945, ont marqué les générations par des périodes très difficiles économiquement et surtout des drames.  

10

Virginie Nussbaum née Lotz fait la lessive.

Léon Nussbaum et Virginie née Lotz se sont mariés le 12 octobre 1906 à Bourbach-le-Haut. Léon originaire d'une maison, détruite par un incendie, située en-dessous de la Boutique (?) et Virginie de la maison appelée aujourd'hui "Mont Fleuri". De leur union ils eurent 6 enfants, 1907, 1909, 1910, 1911, 1912 et la dernière Léonie en 1914 que Léon ne verra pour la première fois qu'après son retour de la guerre en 1920.

12

Virginie en hiver et toujours en sabots.

Léon, citoyen allemand comme tous les alsaciens nés après 1871, est incorporé en 1914 dans l'armée allemande et ne reviendra qu'en 1920 après avoir combattu jusqu'en Russie. Pendant ce temps, Virginie élève ses 5 enfants avec ses faibles ressources de son travail et une maigre allocation qu'elle touche du gouvernement français en tant que femme de soldat allemand. Elle est dans l'impossibilité de rembourser la dette contractée pour l'acquisition de la maison avant la guerre et le propriétaire la menace de poursuites judiciaires. Ayant demandé un entretien avec l'administrateur militaire, et comme elle ne parle ni écrit en français, c'est l'instituteur militaire du village, A. Courtat, qui lui rédige une belle lettre en français afin qu'elle puisse et doit pouvoir bénéficier d'un "moratorium " (moratoire).

En 1920, Virginie dont le mari n'est toujours pas rentré de la guerre, demande que son fils Robert, alors âgé de 13 ans, soit exempté de l'école (la scolarité des filles s'arrêtait à 13 ans, mais celle des garçons à 14 ans). La demande (en allemand) est faite par l'instituteur du village auprès de l'école de garçons à Thann. Et c'est le même A. Courtat, maintenant directeur à Thann, qui fait rédiger la dispense pour Robert en allemand !

photo 1906-10-12 Nussbaum Léon et Lotz VirginiebLéon et Virginie Nussbaum et leurs enfants Robert, Louis,Auguste, Charles et Léonie.

Léon rentre enfin en 1920, bûcheron avant la guerre, il est engagé aux Ponts et Chaussées. En 1921, il tombe accidentellement d'un camion et décède quelques semaines après, le 10 décembre de la même année. Une nouvelle épreuve, juridique maintenant, commence pour son épouse Virginie: faire reconnaître le décès comme accident du travail ! 

13

 Virginie et sa fille Léonie mère de Michel.

En 1941, Charles Nussbaum travaille dans la boucherie de Fritz Schmidt à Buggingen. A plusieurs reprises Fritz dû intervenir pour empêcher que son apprenti ne soit enrôlé dans la Wehrmacht, prétextant qu'il ne pouvait se passer d'une aide aussi précieuse. En novembre 1944 il doit partir sur le front de l'Est et décédera en janvier 1945 près de Lowitsch dans les derniers combats entre les restes de la 9ème armée allemande et l'Armée rouge.

11 Nussbaum Charlesb

 Charles Nussbaum

Léonie, la soeur de Charles, qui s'est rendue à Buggingen, l'avait supplié de rentrer discrètement en Alsace, mais celui-ci refusa par peur de représailles envers sa famille.  

 

Auguste n'échappe pas à l'incorporation de force dans la Wehrmacht en janvier 1944, il est grièvement blessé à Loiri en Finlande le 28 juillet, transféré au parc sanitaire puis muté dans une nouvelle compagnie en août. C'est le 21 janvier 1945, de Köslin en Poméranie qu'il écrit la lettre adressée à Fritz Schmidt sans connaître le sort de son frère Charles. Auguste est fait prisonnier le 11 mars 1945 par l'armée russe et interné au camp de Tambov. Il est rapatrié le 23 octobre 1945.

NUSSBAUM Auguste

Auguste Nussbaum

11

 Et, Michel, toujours devant la maison maternelle (actuellement maison Robin/Schneider).

Remerciements: à Michel Nussbaum pour l'autorisation de publication de l'histoire de sa famille, pour ses documents et ses photos de famille - à Micheline, son épouse pour les photos de Buggingen - à Lucien Nussbaum pour ses recherches et qui ont permis cette rencontre et à Wolfgang Schmidt qui a trouvé la lettre d'Auguste et l'a remis à Michel accompagnée de nombreux souvenirs.

Maison Nussbaum Léon bVoir également l'article paru dans le Journal L'ALSACE du 25 octobre 2015 signé Daniel Nussbaum.