Il y a une trentaine d'années, un correspondant de l'Alsace, originaire de Bourbach-le-Haut, écrivait sous le titre "Le Nouvel An d'autrefois":

Le village montagnard de Bourbach-le-Haut est riche en traditions. Quelque peu tombées dans l'oubli, elles méritent qu'on en reparle. En ce début de l'an neuf il est tout indiqué de rappeler aux jeunes générations comment, il y a bientôt cent ans, on se souhaitait la bonne année.

Ainsi dans les années 1890 encore la tradition voulait que les élèves de l'école communale cheminent par petits groupes de maison en maison pour chanter une chanson populaire de circonstance. Pour les remercier de leur peine, les habitants visités leur offraient une petite gâterie. Mais voici la chanson du nouvel an:

Mer kumme daher, am Owe so spot

mer kumme daher, am Owe so spot

Mer wensche Euch Alle, a neues güets Johr

mer wensch Euch Alle, a neues güets Johr

./. chanson complète: _NA_JOHR_

Avant de partir, les petits chanteurs exprimaient leur gratitude par le couplet suivant: "Drum han er uns eb's gawa; Drum solle ihr in Glück un Frieda lang lawa."

Mais dans le cas où ils n'avaient rien reçu, ils exprimaient leur désapointement de la façon suivante avant de prendre leurs jambes à leur cou et de disparaître au coin de la rue:

"Drum soll Euch Stüel und Bank am H... bliwa klawa. Ter Teufel soll Euch kratza mit alle sina rüdiga Tatza".

Et l'article est bien sûr signé: D'r Kappes.